Albert MARQUET (1875-1947)

Nature morte aux fruits, tasse et bouteille

Le pont neuf, temps gris, Paris

L’Estaque. La route

  • Nature morte aux fruits, tasse et bouteille

    Huile sur toile
    exécutée en 1902
    signée en bas à droite :Marquet
    38 x 45,7 cm.

    Certificat d'authenticité établit par le Wildenstein Institute.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Collection privée, France.

    Littérature :
    Cette oeuvre sera incluse dans le Catalogue Critique des peintures d'Albert Marquet en préparation par le Wildenstein Institute.

  • Le pont neuf, temps gris, Paris

    Huile sur toile
    exécutée en 1905-06
    signée en bas à gauche : Marquet
    50 x 61 cm.

    Lettre d’attestation du Wildenstein Institute.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Galerie Druet, Paris
    Collection Henri Cotteville, Paris
    Sotheby’s Londres, 1999
    Collection privée, Paris.

    Expositions :
    Paris, Galerie Druet, 1907, Marquet, n°16.

    Littérature:
    Cette oeuvre sera incluse dans le Catalogue Critique des peintures d'Albert Marquet en préparation par le Wildenstein Institute.

    Note :
    Albert Marquet représente Paris à travers plusieurs séries de peintures sur les quais et les ponts de la Seine. Il aime étudier les variations de la lumière qui change selon la saison. C’est ainsi que l’on peut voir dans les plus grandes collections internationales des vues de Paris, ensoleillées, sous la neige, de nuit, ou encore par temps gris.
    Issu de la génération des post-impressionnistes, il expose en compagnie de ses amis Matisse et Derain dans la fameuse « cage aux Fauves » en 1905. La palette de Marquet durant cette période est différente de celle utilisée par ses amis Derain et Matisse, elle s’oriente plus vers la forme que vers la couleur. La perspective est la plupart du temps respectée et ses œuvres possèdent une animation qu’aucun autre artiste n’a su égaler.

    Cette huile sur toile, peinte durant la période où il expose au salon d’Automne de 1905, représente le Pont Neuf, le plus ancien de Paris, dont quelques représentations sont conservées dans les plus grands musées internationaux. Cette œuvre est un très bon exemple de la contribution apportée par l’artiste au mouvement fauve. Les couleurs utilisées pour cette huile réalisée par temps gris sont plus subtiles que les couleurs primaires à partir desquelles ses amis travaillent. Les bleus-gris, les verts- olive et les ocres ne sont pourtant pas moins intenses, car l’artiste les utilise dans une harmonie très puissante. Les tons sont délicats mais les lignes noires qui soulignent les principaux éléments de l’œuvre, ici, le pont Neuf, les immeubles, ainsi que la représentation des personnages, procurent à l’artiste le moyen de dynamiser son sujet.
    Le résultat final est stupéfiant, la touche de l’artiste est fascinante et révélatrice de réalisme. Le mélange entre les couleurs sombres annonçant l’hiver et la luminosité procurée par le reflet dans la Seine est parfaitement maîtrisé. L’animation de l’œuvre est orchestrée par les personnages esquissés en noir, afin de retranscrire plus de force et de caractère.
    Albert Marquet possède une grande sensibilité et son œuvre en est le témoin.

  • L’Estaque. La route

    Huile sur toile contrecollée sur carton
    exécutée en 1918
    signée en bas à droite
    32,60 x 40,6 cm (12 7/8 x 16 inches)

    Cette oeuvre sera incluse dans le catalogue raisonné digital Marquet actuellement en préparation par le Wildenstein Plattner Institute.

    Details Contactez nous

Nature morte aux fruits, tasse et bouteille

Huile sur toile
exécutée en 1902
signée en bas à droite :Marquet
38 x 45,7 cm.

Certificat d'authenticité établit par le Wildenstein Institute.

Le pont neuf, temps gris, Paris

Huile sur toile
exécutée en 1905-06
signée en bas à gauche : Marquet
50 x 61 cm.

Lettre d’attestation du Wildenstein Institute.

L’Estaque. La route

Huile sur toile contrecollée sur carton
exécutée en 1918
signée en bas à droite
32,60 x 40,6 cm (12 7/8 x 16 inches)

Cette oeuvre sera incluse dans le catalogue raisonné digital Marquet actuellement en préparation par le Wildenstein Plattner Institute.

Né en 1875 à Bordeaux, il s’installe très tôt à Paris où il rencontre Matisse en 1890 dans l’atelier de Moreau qui exerce sur lui une influence décisive. Leur amitié perdurera jusqu’à sa mort.

Il expose au Salon des Indépendants dès 1901, montrant un post-impressionisme limpide et linéaire, puis au Salon d’Automne. S’essayant au fauvisme, il s’y emploie en respectant sa sensibilité et son besoin de construction et expose cinq toiles dans la « cage aux fauves » en 1905 au Salon d’Automne. Ses sujets, personnages, scènes animées ou plages sont largement cernés de noirs, les couleurs pures. Après coup il dira de cette participation qu’elle fut fortuite et s’emploiera à adoucir son style.

De ses nombreux voyages avant guerre, notamment au Maroc ou en Scandinavie, il tire des œuvres inspirées de la mer, un de ses thèmes de prédilection, des bateaux mais aussi des villes et de leurs lumières. L’eau est très présente dans son œuvre, poétique, traitée dans des nuances douces et des tonalités de gris, elle invite à la rêverie.

Sa première exposition personnelle a lieu à la galerie Druet en 1907.

Handicapé par une maladie des yeux, Marquet est forcé de peindre en intérieur, ne supportant plus les intempéries. Il loue un appartement rue de Rivoli d’où il réalise plusieurs toiles du jardin des Tuileries. Le point de vue en hauteur donne une perspective toute particulière à son œuvre : le cadrage traditionnel de l’espace aboli, Marquet nous donne à voir Paris d’une troisième dimension. Il change plusieurs fois de point de vue (quai Saint-Michel et quai des Grands-Augustins) et réalise notamment des séries de la Seine et de ses ponts par temps et lumières différentes.

Dessinateur hors pair, il excelle dans l’art du nu. Et si ses paysages urbains sont aériens, réalisés à grands traits rapides, ses nus sont méticuleusement et patiemment décortiqués, très réalistes, laissant voir les modèles dans toute leur vérité.

Durant la seconde guerre mondiale, il se réfugie en Algérie et ne reviendra à Paris qu’en 1945. Deux ans plus tard, il décède.

Albert MARQUET

Titre : Marquet, l’Afrique du Nord. catalogue de l’oeuvre peint.
Auteurs : Jean Claude Martinet & Guy Wildenstein.
Éditeur : Skira/Seuil/Wildenstein Institute, 2001
ISBN : 88-8118-938-0
608 pages.