Alexander CALDER (1898-1976)

Sans titre

Gros boomerang rouge (Fat boomerang red)

  • Sans titre

    Gouache sur papier
    exécutée en 1947
    signée en bas à gauche : Calder
    31,5 x 24,5 cm

    Cette oeuvre est répertoriée dans les archives de la Fondation Calder sous le numéro A 20832.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Keitelman Gallery, Bruxelles
    Collection privée, Bruxelles

  • Gros boomerang rouge (Fat boomerang red)

    Gouache sur papier
    exécutée en 1972
    signée et datée en bas à droite : Calder 72
    58 x 78 cm (22 7/8 x 30 3/4 in)

    Cette oeuvre est enregistrée les archives de la fondation Calder, New York, sous le numéro d’application A06802.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Perls Galleries, New York (certificat disponible)
    Galleria Internazionale, Milan
    Collection privée, Europe (acquise à partir de ce qui précède en 1974).

Sans titre

Gouache sur papier
exécutée en 1947
signée en bas à gauche : Calder
31,5 x 24,5 cm

Cette oeuvre est répertoriée dans les archives de la Fondation Calder sous le numéro A 20832.

Gros boomerang rouge (Fat boomerang red)

Gouache sur papier
exécutée en 1972
signée et datée en bas à droite : Calder 72
58 x 78 cm (22 7/8 x 30 3/4 in)

Cette oeuvre est enregistrée les archives de la fondation Calder, New York, sous le numéro d’application A06802.

Issu d’une famille d’artistes, Alexander Calder entreprend tout d’abord des études d’ingénieur. Très tôt, il dessine et peint en parallèle. Homme mystérieux, il multiplie les expériences dans des domaines très différents ; il fut tour à tour matelot, illustrateur ou encore comptable. De 1923 à 1926, il suit les cours de dessin et de peinture de l’Art Student’s League.

En 1925, pour remplacer une horloge qui lui faisait défaut il en fabrique une en fil de fer, ceci le conduit à s’intéresser à la sculpture. Il exécute des sculptures en fil de fer, qui semblent toute légères, telles des figures féminines filiformes qui bougent suivant le sens du vent. Homme taciturne et un peu bougon, il introduit de la délicatesse et de la poésie dans son travail.

En 1926, sa première exposition de peintures est organisée. Alexander Calder fait alors de fréquents voyages entre Paris et New York. L’artiste se découvre une nouvelle passion : le cirque et il décide d’en créer un. Il invite tous ses amis de l’avant-garde artistique à venir voir ses spectacles de marionnettes faites de fil de fer. Juan Miro, Hans Arp, Man Ray, Fernand Léger, Piet Mondrian et Jean Hélion en font partie.

En 1929, des expositions lui sont à la fois consacrées à Paris et à New York. Le peintre est alors reconnu des deux côtés de l’Atlantique. L’artiste quant à lui, s’intéresse de plus en plus à la création de mobiles.

En 1943, le musée d’art moderne de New York lui consacre sa première grande rétrospective, qui n’est que la première d’une longue liste d’expositions à travers toute l’Europe, ainsi qu’à Paris en 1946.

A partir de 1958, il intensifie sa production picturale et réalise de nombreuses gouaches. Les formes géométriques et les couleurs vives sont des éléments récurrents dans ses différentes formes artistiques. Artiste pluridisciplinaire, il est avant tout connu pour ses mobiles, qu’il réalise en parallèle à ses œuvres.

Alexander Calder

Lien vers le site internet de la Fondation Calder :

www.calder.org