Auguste HERBIN (1882-1960)

Objet monumental n°2 - Silhouette sur un plan

Composition cubiste

  • Objet monumental n°2 - Silhouette sur un plan

    Huile sur toile marouflée en relief
    exécutée en 1919
    signée et datée en bas : Herbin mai 1919
    200 x 75 cm.

    Certificat d’authenticité établi par Mme Geneviève Claisse.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Collection Galerie de l’Effort moderne, Léonce Rosenberg, Paris.
    Famille de l’artiste, Paris.

    Expositions :
    Paris, Galerie de l’Effort moderne, 5 au 31 Mars 1921
    Bruxelles, Palais des Beaux Arts, Herbin, retrospective, 21 janvier - 5 février 1956
    Saint Etienne, Musée d’Art et d’Industrie, Art abstrait, les premières générations, 1910-1939, Avril - Mai 1957
    Fribourg en Brisgau, R.F.A, Kunstverein, Auguste Herbin, rétrospective, 9 novembre - 7 décembre 1958
    Berne, Kunsthalle, Auguste Herbin, 16 février - 24 Mars 1963, n°28
    Amsterdam, Stedelijk Museum, Herbin, 2 juin - 22 juillet 1963, n°38
    Paris, Galerie Marguerite Lamy, Herbin, Mars Avril 1975, reproduit p.18
    Étretat, salle municipale, autour d’Albert Gleizes, 1984, n°3
    Vitry sur Seine, Galerie Municipale, Herbin : oeuvres 1905-1960, 20 mars - 19 avril 1987, n°12
    Bâle, Art’89, One Man Show, stand Denise René

    Littérature :
    Céline Berniche, Auguste Herbin, Bernard Chauveau Éditeur, Paris, 2012, reproduit p.53.
    Geneviève Claisse, Herbin, Catalogue raisonné de l'œuvre peint, Lausanne, 1993, reproduit p.86 - Détails n°372, p.345.
    Caracas, Museo de Arte Contemporaneo, Sofia Imber, Jacques Lassaigne, Gloria Carnevali, Herbin “Alphabet plastique”, 1978 n°5 p.4.
    Anatole Jakovski, Auguste Herbin, Éditions Abstraction-Création, Paris, 1933, reproduit p.24

  • Composition cubiste

    Gouache et aquarelle sur papier exécutée en 1921 signée et datée en bas à droite : Herbin 1921
    38 x 28 cm.

    Certificat d’authenticité établi par Mme Geneviève Claisse.

    Details Contactez nous

    Provenance :
    Galerie Ariel, Paris Collection privée, Paris

Objet monumental n°2 - Silhouette sur un plan

Huile sur toile marouflée en relief
exécutée en 1919
signée et datée en bas : Herbin mai 1919
200 x 75 cm.

Certificat d’authenticité établi par Mme Geneviève Claisse.

Composition cubiste

Gouache et aquarelle sur papier exécutée en 1921 signée et datée en bas à droite : Herbin 1921
38 x 28 cm.

Certificat d’authenticité établi par Mme Geneviève Claisse.

Auguste Herbin, issu d’une famille d’ouvriers tisseurs, naît le 29 avril 1882 dans un petit village près de la frontière belge. En conséquence, la peinture de ce Français du nord de la France se distingue également par son caractère artisanal. A partir de 1900, l’artiste étudie à l’Ecole des Beaux-Arts de Lille avant de s’installer à Paris où il rejoint tout d’abord les impressionnistes puis les Fauves.

Auguste Herbin, voisin d’atelier de Braque et de Picasso, étudie également le cubisme dont l’influence l’incite à créer ses premières toiles cubistes dès 1913. Ses travaux aboutissent à une phase géométrique non-figurative à partir de 1917, cette dernière évoluant de manière croissante vers le constructivisme à l’exception d’une interruption en 1922 alors que le peintre revient brièvement à une manière de peindre figurative.
En 1929, Auguste Herbin devient co-fondateur du « Salon des Surindépendants » et initie deux ans plus tard l’association d’artistes « Abstraction-Création » avec l’aide de Vantongerloo entre autres, avec lequel il édite l’almanach du groupe jusqu’en 1937.
A la fin de la guerre, Auguste Herbin est co-fondateur et vice-président et devient finalement président du « Salon des Réalités Nouvelles » à partir de 1955. L’étude du Trecento italien incite Herbin à se consacrer à la peinture concrète composée de formes géométriques simples avec des aplats de couleurs pures dès 1938. L’artiste conçoit en 1946 l’ »alphabet plastique », un système de composition reposant sur la structure des lettres et qui constitue le fondement de l’organisation de ses toiles. Dans son ouvrage « L’art non-figuratif non-objectif », paru en 1949, Herbin présente cet aspect ainsi que ses théories des couleurs inspirées en partie par la théorie des couleurs de Goethe.
En raison d’une hémiplégie, Herbin doit apprendre dès 1953 à peindre de la main gauche. Les idées architectoniques caractéristiques de l’œuvre d’Herbin et ses qualités de coloriste permettent à l’artiste de jouir déjà d’une forte renommée au niveau international aussi bien pendant la période d’avant-guerre que par la suite.
Entre 1955 et 1972, les œuvres d’Auguste Herbin sont exposées à la documenta I, II et V de la ville de Cassel. L’artiste est représenté à New York lors d’une exposition importante au musée Guggenheim en 1979. D’autres travaux sont montrés en 1987 à Düsseldorf dans la collection d’objets d’art de Rhénanie du Nord – Westphalie dans le cadre de l’exposition « Positions de l’art indépendant en Europe vers 1937 ».
Auguste Herbin meurt le 31 janvier 1960 à Paris. Suite à sa disparition subite, une toile reste inachevée et porte le titre « Fin ».

Auguste HERBIN

Titre : Herbin: Catalogue raisonné de l’oeuvre peint
Auteurs : Geneviève Claisse
Éditeur : Editions Hermann, 2011
ISBN : 2705681175, 9782705681173
472 pages