Maurice-Elie SARTHOU (1911-1999)

Incendie dans les Alpilles

La plage jaune

  • Incendie dans les Alpilles

    Huile sur toile
    exécutée en 1963
    signée en bas à gauche : M.E. Sarthou
    73 x 92 cm.

    Details Contactez nous

  • La plage jaune

    Huile sur toile
    exécutée en 1975
    signée en bas à gauche : M.E. Sarthou
    116 x 89 cm.

    Details Contactez nous

Incendie dans les Alpilles

Huile sur toile
exécutée en 1963
signée en bas à gauche : M.E. Sarthou
73 x 92 cm.

La plage jaune

Huile sur toile
exécutée en 1975
signée en bas à gauche : M.E. Sarthou
116 x 89 cm.

L’artiste nait à Bayonne en 1911, il suit dans un premier temps une formation à l’école des Beaux-arts de Montpellier puis à celle de Paris en 1930. Sarthou s’inspire avant tout des thèmes de son environnement, les quatre éléments : le ciel, la terre, le feu et l’eau sont récurrents dans son œuvre et deviennent son unique sujet. Il travaille le plus souvent dans son atelier du Mont Saint Clair à Sète.

Sarthou oscille entre abstraction et figuration, il se place dans la droite ligne des artistes issus de l’Orphisme ou de la Section d’or. Jacques Villon qui est l’un des principaux représentants de ces tendances plastiques défend ardemment l’œuvre de Sarthou. Il est présent à tous les vernissages de l’artiste. Pour gagner sa vie, le peintre est également professeur de dessin à Bastia puis à Bordeaux.

En 1943, il devient membre de la Société des Indépendants bordelais qui organise régulièrement des expositions d’artistes parisiens (André Lhote, Bissière, Walch, etc), cela a une influence positive sur Sarthou. L’émulation artistique lui permet d’affirmer encore plus intensément son style. Ses œuvres débordent d’une grande intensité qui n’est en rien contrée. Il joue avec la lumière qui fait chanter les couleurs mais annule les formes. Sarthou représente dans ses oeuvres la fabuleuse chaîne des Alpilles, les cyprès tourmentés par le mistral, les grands pins incendiés, la Camargue et ses taureaux sont aussi fréquemment représentés. La nature est comme épurée, réduite encore plus à l’essentiel. Suite à ses nombreux voyages à l’étranger, l‘artiste a eu la possibilité de représenter la banquise, la Grèce, ainsi que les sujets aquatiques, qui l’interpellent. Sarthou réalise le plus souvent une représentation aérienne de ses sujets, il s’inspire sur le motif puis peint dans son atelier.

L’artiste s’installe à Paris en 1950, il est toujours professeur de dessin, cela lui permet d’exposer dans les salons de la capitale et d’être davantage reconnu. Maurice Elie Sarthou fait partie de la Nouvelle école de Paris. En 1953, il obtient le second prix Buhrle, deux ans après, le prix de la Critique. François Desnoyer qu’il rencontre à Sète, le présente au marchand parisien Marcel Guiot. Entre ces deux hommes une longue relation d’amitié s’instaure, Sarthou expose très régulièrement ses nouvelles oeuvres dans les galeries de Marcel Guiot, rue Volney, rue de la Boétie et avenue Matignon. Il est présent dans de nombreuses expositions en France comme dans le Monde.

Grâce à de nombreuses expositions personnelles, il s’est imposé comme le peintre du Midi. Maurice Elie Sarthou réalise une peinture sensorielle qui fait appel à tous les sens, l’artiste est mort en 1999.

Maurice-Elie SARTHOU

Titre : Sarthou : Monographie
Auteurs : Maurice Toesca
Éditeur : Éditions Martet – Weber diffusion, 1977, Paris.

 

 

Lien vers le site internet Maurice-Elie Sarthou :

http://www.sarthou.org