Raoul DUFY (1877-1953)

Promenade à l’estacade

  • Promenade à l’estacade

    Huile sur toile
    exécutée en 1905
    signée en bas à gauche
    46 x 54,5 cm (18 1/8 x 21 1/2 inches)

    Details Contactez nous

Promenade à l’estacade

Huile sur toile
exécutée en 1905
signée en bas à gauche
46 x 54,5 cm (18 1/8 x 21 1/2 inches)

Né en 1877 au Havre, Raoul Dufy est issu d’une famille nombreuse. Contraint de gagner sa vie dès l’âge de quatorze ans, il arrête prématurément des études classiques.

Nanti d’une bourse de sa ville et dégagé du service militaire, il gagne Paris en 1900 et y suit les cours des Beaux arts. Il loge à Montmartre avec son ami Othon Friesz. Mais il trouve sa véritable inspiration en regardant les vitrines des grands marchands d’art de l’époque où il admire les impressionnistes.

Vers 1904, il se tourne vers le fauvisme et expose personnellement en 1906 au Salon d’Automne. Cézanne constitue pour lui une source d’inspiration constante et il le montre en se rendant à Marseille avec Braque pour y peindre les mêmes thèmes. Vient ensuite une courte période cubiste. Et c’est enfin vers 1909, après un séjour à Munich avec Othon Friesz, et après avoir fait le tour des courants d’avant-garde, que Dufy dégage sa véritable personnalité.

Fortement influencé par l’expressionnisme allemand et les Arts décoratifs, il développe sa théorie de la couleur-lumière et la met en pratique sur différents supports dont le tissu. Et de la collaboration avec le grand couturier Poiret, qui lui permet d’exercer son art sur le tissu, née la célébrité du peintre : inspiré pas les champs de courses, les salles de concerts mais aussi par la méditerranée, il se lance dans de grandes séries sur les mêmes thèmes. Il démontre alors sa spécificité dans un style cursif, télégraphique où la lumière jaillit en petites touches.

Engagé de 1912 à 1930 par la maison de soierie Bianchini-Ferrier, il développe de nombreux motifs chers à ses thèmes de prédilection : naïades, animaux, papillons, oiseaux… Il peint en outre de plus en plus d’aquarelles et touche à la céramique avec le grand maître catalan Artiguas.

Voyageant beaucoup en méditerranée, Dufy travaille de plus en plus sur la lumière et sur sa prédominance sur la couleur et le mouvement en larges « flaques » préalables au motif. Son œuvre toute entière est empreinte de la joie de donner à découvrir. Dufy promène un regard émerveillé sur le monde et le restitue dans une simplicité transparente et pourtant quasi exhaustive.

Il réalise en 1936-37 une œuvre monumentale pour l’Exposition Universelle, « La fée électricité » longue de 60 mètres sur 10, visible aujourd’hui au Musée d’art moderne de Paris.

Des 1937, il commence à souffrir de polyarthrite, maladie qui l’handicapera jusqu’à sa mort en 1953, après avoir reçut le prix de peinture de la Biennale de Venise un an plus tôt.

Raoul DUFY

Titre :Catalogue raisonné des dessins de Raoul Dufy
Auteurs : Galerie Fanny Guillon-Laffaille, 1991. Tome 2/3/4 en preparation
Éditeur :tome 1, Paris, Editions Marval

Raoul DUFY

Titre :Catalogue raisonné des aquarelles, gouaches et pastels de Raoul Dufy, Tome 1 & 2
Auteurs : Fanny Guillon-Laffaille.
Éditeur : Editions Louis Carré & Cie, 1981-1982

Raoul DUFY

Titre : Supplément au Catalogue raisonné de l’oeuvre peint de Raoul Dufy.
Auteurs : Maurice Laffaille, Fanny Guillon-Laffaille.
Éditeur : Editions Louis Carré & Cie, 1985.

Raoul DUFY

Maurice Laffaille
Catalogue raisonné de l’oeuvre peint de Raoul Dufy
4 tomes, Genève, Editions Motte, 1972-1977