Ossip ZADKINE (1890-1967)

Ossip Zadkine est un peintre et sculpteur d’origine russe. A 16 ans, Zadkine est envoyé à Londres pour ses études mais le jeune homme s’enfuit, seul l’intéresse l’art et la sculpture en particulier. Il se rend en 1909 à Paris pour s’adonner à sa passion. A ce moment là, il s’y installe définitivement. Il suit dans un premier temps, l’enseignement de l’école des Beaux-arts. Ossip Zadkine admire Gustave Rodin, qui défraie la chronique par son anti-académisme. Il côtoie les artistes de la Ruche dans le quartier de Montparnasse, comme Brancusi, Bourdelle, Picasso, Survage, Lipchitz, Delaunay et Modigliani. On constate que, malgré une formation très académique, il dévie rapidement de direction.

 Ossip Zadkine réintroduit la poésie dans la sculpture. La découverte des têtes sculptées nègres à Paris au début des années 1910, n’est pas étrangère à son art. Ses sculptures font la synthèse des volumes, elles sont une succession de plans découpés, le cubisme de Pablo Picasso n’est pas étranger à ses compositions. Au début ses sculptures naissent de bouts de bois, il taille directement dans les troncs d’arbres. Par la suite, il travaille essentiellement la pierre et surtout le bronze. Il inverse les creux et les bosses, ce qui intervertit le jeu des ombres et des lumières.

En 1919, il expose pour la première fois à Bruxelles et à Paris. En parallèle de ses sculptures, il réalise de tout temps de nombreuses gouaches dans un style très expressif, très enlevé. Il représente principalement un monde onirique peuplé de muses, de musiciens ou de centaures. Ossip Zadkine est fortement influencé par la mythologie grecque. La figure humaine est récurrente dans son œuvre. La représentation du Discobole et du Demeter sont parmi ses sculptures les plus connues. Il participe à de nombreuses expositions collectives mais des expositions individuelles lui sont également consacrées en Europe. A Paris, il s’est installé dans une maison au numéro 100 de la rue d’Assas dans le sixième arrondissement. Sa maison-atelier est à présent un musée qui conserve une grande partie de sa production tant en sculpture qu’en peinture.